Si vous mangez un régime occidental classique, changer petit à petit vos habitudes alimentaires va vous sembler révolutionnaire… mais par ou commencer?

Il y a deux approches à soit on change tout d un coup on élimine tout ce qui ne va pas et on voit ce que se passe… ça marche pour certains, mais j’aurais tendance à dire que la grosse majorité va abandonner dans les 2 semaines! La deuxième approche est d’incorporer graduellement certains des changements suggérer (je conseillerai le premier comme étant celui qui produira les meilleures résultats.. quelque soit l’objectif!)

1. Éliminer le sucre

Le sucre prend bien des formes dans notre alimentation, souvent cachées telle que les jus de fruit, les boissons énergétiques/sportives – même les sauces et sauces salade toute prête. Même certains sucres dérivés naturels peuvent malmener votre glycémie et vous faire grossir.

C’est la première étape parce qu’éliminer le sucre a un impact massivement positif sur votre bien-être et la façon dont vous vous sentez. Le sucre a les mêmes propriétés addictive que certaines drogues dures ou l’alcool, l’abandonner tôt rend les étapes suivantes plus faciles. Pas besoin d’abandonner le sucré complètement, dirigez vous plutôt vers ces produits de substitutions que nous avons validé.

2. Remplacer le sucre par les bonnes graisses

Remplacer les nourritures sucrées par des graisses saines telles que le beurre bio ou de vache élevées en plein air, le beurre clarifié, les avocats, beurre de cacao, huile d’olive ou huile MCT (triglyceride à chaîne moyenne pour les geeks) réduira vos fringales, vos envies de sucré et vous fournira une énergie plus durable.

Attention, certains graisses favorise l’inflammation et vous rendent faible voir malade. Evitez les huiles de soja, maïs, colza et les graisse poly-insaturées instables tel que l’huile de noix ou cacahuète.

3. Nourrissez vous de viandes élevées en plein air et de poissons sauvages

Nous nous efforcerons de diminuer au maximum les toxines ingérées, la qualité de notre nourriture est donc primordiale. Choisissez des viandes tel que le bœuf, l’agneau, le bison élevés en plein air. Les œufs plein air mai s aussi la viande de porc, poulet canard peuvent aussi être des sources propres de protéines. Mangez plusieurs fois par semaine des poissons et autre nourriture de la mer mai assurez vous absolument que ce ne sont pas de produits d’élevage!

Un article sur l’importance de l’origine de votre nourriture est en préparation… souscrivez a la newsletter pour en être informé.

4. Éliminer/réduire les céréales et le gluten

Le blé est une céréales particulièrement importante à éliminer à cause des multiples effets négatifs possible du gluten. Le blé a été tellement modifie (sans être nécessairement OGM) depuis plusieurs siècles par croisement et manipulations diverses que sa qualité nutritionnelle n’a rien a voir avec celle qu’on pu connaitre nos ancêtres.

Il est recommandé de l’éliminer pour voir les effets que cela produit, vous pouvez ensuite le réintroduire en petite quantité et voir si cela vous provoque des réactions négatives ou pas.

Personnellement, après plusieurs années quasiment sans pain (dur dur pour un français habitue a manger sa baguette quotidienne!), j’ai ré-introduit le pain, mais je me suis aperçu que je tolérai très bien les pains traditionnels au levain (attention certains pains au levain contiennent aussi de la levure pour que ça gonfle plus vite!) mais que les pains à la levure me provoquaient ballonnements et me fatiguaient plus… Nombre de gens, on découvert qu’une intolérance au gluten était la source d’inconfort gastrique et physiques .

Expérimentez!

5. Eliminer les nourritures synthétiques, les additifs et colorants

Votre nourriture devrait être fabriquée a partir de nourriture, non? Eviter les ingrédients tel que l’aspartame, les MSG (exhausteurs de gout), colorants et autre additif artificiel. Même les “à base d’extrait de” peuvent être d’origine douteuse et mettre le bazar dans votre physiologie. Sachez ce que vous mangez! (Ça s’applique aussi à votre sélection de compléments alimentaires…)

6. Attention aux légumes secs / légumineuses

Les cacahuètes, haricots et lentilles peuvent être cause de réaction inflammatoire, surtout si vous y êtes sensible. Si vous devez en manger, faites les bien tremper au préalable ou même germer/fermenter et cuisez les vous même!

Les haricots rouge et blanc contiennent un composé appelé le
phytohémagglutinines qui est hautement toxique. Quelques haricots verts crus peuvent être mortel pour les enfants a cause d’un composé appelé phasine. Je prépare un post au sujet des aliments toxiques dans les semaines à venir.

7. Éliminer tous les produits laitiers pasteurisés ou trop transformés

La plupart des produits laitiers contiennent de la caséine et du lactose, deux composé qui causent des détresses inflammatoire et digestive pour beaucoup de gens. Le beurre de vache élevées en plein air ou bio en contient des niveaux très faibles car durant le battage du beurre la graisse est séparée du lait. Beaucoup de gens se sentent beaucoup mieux après avoir éliminer le lait de leur alimentation mais si comme moi vous êtes amateur de fromage alors choisissez du lait entier, fromage cru fait avec du lait de qualité (pas toujours facile a trouver/savoir!).

Personnellement, je ne consomme de produit laitier que pour des occasions spéciales par gourmandise (oui on a le droit d’être gourmand!) mais je dois avouer que maintenant que j’ai développé un meilleure conscience de mon corps les effets secondaires sont assez désagréables, choses auxquelles je ne prêtais aucune attention avant de prendre ma nutrition en main!

8. Passer aux fruits et légumes bio

Evitez les pesticides et herbicides, certaines plantes ont des niveaux de résidus plus élevés que d’autres.

Le bio (“organic” sur les labels anglo-saxons), n’est pas la seule solution. L’agriculture raisonnée et certaines forme en biodynamie sont toute aussi bonnes mais à moins de connaitre le producteur et/ou d’aller faire vos course à la ferme, il est dur (impossible?) de savoir comment on été produit vos fruits et légumes!

Dans le doute le bio est plus sur même si il n’est malheureusement pas gage de qualité ou de gout (!) non plus…

9. Cuisez votre nourriture doucement

Fumer, frire et griller peut endommager les protéines de nos viandes et produire des composés cancérogènes. Il est meilleur et plus sur de cuire lentement à basse température (en dessous de 150 degré). Ne pas utiliser de micro-onde ou frire notre nourriture. Attention la température peut aussi avoir un effet dévastateur sur les huiles/graisses.

Un article sur les différentes méthodes de cuisson devrait arriver dans vos inbox bientôt!

10. Limiter sa consommation de fruit à 1 ou 2 par jour

Cela semble contre-intuitif pour beaucoup, les fruits c’est bons, c’est plein de vitamines etc… Mais les fruits et les légumes sont deux choses différentes!
Les fruits, surtout ceux avec des couleurs sombres et intenses tels que les baies, les mures, le cassis, les framboises sont pleins de bon nutriments. Mais les fruits contiennent aussi du fructose qui est plus dangereux pour votre corps que le sucre de table! Afin de bénéficier des polyphénols et autres nutriments de fruits sans les pics de fructose, il est préférable de choisir des baies et citron plutôt que des fruits tels que les pastèques ou les pommes.

Finalement…

Rappelez vous qu’il n’est pas nécessaire de faire tout d’un seul coup, mais que plus vous en faites mieux vous vous sentirez.

Et n’oubliez pas de savourer votre nourriture!

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •